Notre politique financière :
mettre en place les devises locales et étrangères

Notre politique financière sera établie en consultation avec le gouvernement de chaque pays. Seul le ciel sera une limite à nos accomplissements. Nous agirons dans toutes les directions pour atteindre notre but : éliminer toutes les formes de pauvreté dans le monde.

Nous embaucherons des agriculteurs et nous leur donnerons le double par rapport au revenu minimum du pays. En même temps, nous allons engager des entreprises de construction afin de construire rapidement pour les agriculteurs de bonnes maisons confortables et de nouveaux villages dans la région déterminée.

Nous fournirons également des tracteurs à air conditionné afin de réduire la fatigue du travail des champs. Cela nous donnera la joie de réduire la pauvreté dès le début du projet.

Nous sommes heureux de dire que notre programme pour éliminer la pauvreté sera réalisé dès le départ, contrairement à tout autre projet pour lequel on doit attendre jusqu’à sa réalisation pour en être satisfait.

Notre politique financière est fondée sur deux aspects : les devises locales et les devises éttrangères.

1. Devises locales :

Autant que possible, les dépenses dans le pays requises pour la construction de maisons confortables pour les agriculteurs ainsi que toutes les autres dépenses d’infrastructure et le coût de démarrage seront couvertes par les devises du pays, fournies comme emprunt pour ces projets auprès des banques locales. Ces emprunts seront remboursés aux banques locales selon le système en vigueur de remboursement des emprunts agricoles, immobiliers ou tous genres d’emprunts pour couvrir les dépenses telles que l’air conditionné afin d’améliorer la qualité de la vie des gens pauvres.

Dans le cas où il existerait une limite dans le pays à cet arrangement, nous organiserons le financement grâce à des bons d’emprunt ou à des bons du Trésor émis avec l’accord du gouvernement du pays (se référer au principe du bon d’emprunt : ' Le bon d’emprunt d’aujourd’hui est la devise étrangère de demain ', page 13).

Dans les pays où cet arrangement ne serait pas possible ou suffisant, le projet sera alors financé par d’autres sources extérieures. Notre voeu sincère est l’élimination de la pauvreté aussi vite que possible. La provenance du financement n’a pas d’importance ; l’important est l’élimination de la pauvreté dès le début du projet.

La façon dont l’argent vient et où il va relèvera de notre gestion pour accomplir ce projet pieux. Nous sommes confiants dans le fait que l’argent coulera d’où il se trouve.

Dès que les terres seront allouées au projet, nous commencerons le programme d’élimination de la pauvreté qui attirera dans le monde la sympathie et le soutien de personnes et d’organisations fortunées. Cela continuera à renforcer le progrès du projet.

Il est simplement nécessaire que le gouvernement alloue au programme d’élimination de la pauvreté la moitié des terres agricoles inutilisées.

25 % des bénéfices du projet serviront à embellir le pays (se référer à la section ci-dessous ' Embellir le pays grâce aux bénéfices du projet ').

2. Devises étrangères :

Elles seront nécessaires pour l’importation des machines et équipements agricoles et autres ainsi que pour établir les systèmes de transports et de communications, etc. Ces importations seront payées avec les devises étrangères engendrées par l’exportation des produits de l’agriculture biologique.



| Home and Contents Page | Page 2 | Page 3 | Page 4 | Page 5 | Page 6 | Page 7 | Page 8 |

| Page 9 | Page 10 | Page 11 | Page 12 | Page 13 | Page 14 | Page 15 | Page 16 |

| Page 17 | Page 18 | Page 19 | Page 20 | Page 21 | Page 22 | Page 23 | Page 24 | Page 25 |


© Maharishi University of Management, Holland